J’ai eu l’opportunité de participer à la conférence européenne sur les violences dans le sport, organisée par le Conseil de L’Europe en association avec l’UEFA, les 28 et 29 novembre 2007 à Bruxelles.

Cette convention a fait ressortir la nécessité de faire évoluer la stratégie de lutte contre les violences dans le football, principalement à travers le renforcement des mesures coercitives et juridiques et la volonté de création d’une « police européenne des stades ». Cependant, les nombreux experts européens présents lors de la réunion de Bruxelles dressent un constat inquiétant que le seul renforcement des mesures judiciaires ou interventions policières ne suffira pas à résoudre.

uefa1

Conscient des difficultés de l’ensemble des acteurs Européens du Football pour éradiquer la violence dans les stades et redonner à ce sport une image positive, en particulier pour ce qui est de l’accueil et la sécurisation des enceintes européennes, je me permets de présenter ci-après une réflexion générale sur le sujet. Expert en sécurité événementielle, j’officie depuis près de 15 ans dans l’organisation et la sécurisation de rencontres footballistiques, tant sur le plan national qu’international. J’ai pu ainsi tout au long de ces années, à travers la coordination de près de 400 rencontres du championnat de France de Ligue 1, de Champions’ League et/ou de Coupe de l’UEFA, analyser les principales sources de dysfonctionnement et élaborer de nombreux dispositifs de prévention.

Ces nombreuses expériences m’ont permis de conclure que la principale source d’incidents dans le monde du football est liée, non pas à l’unique présence de Hooligans ou Ultras dans les stades, mais à l’absence de « stratégie globale d’organisation » entre tous les acteurs de l’organisation et la sécurité du match.

Cette stratégie doit s’axer sur :

  1. La définition d’un objectif commun est un élément essentiel de la mise en œuvre d’une stratégie Globale d’organisation / sécurité. Il doit permettre de fixer clairement le but à atteindre, les moyens à mettre en œuvre et les outils de mesure.
  2. L’élaboration d’un plan d’action repose sur une définition précise du rôle de chaque acteur intervenant dans le dispositif d’organisation / sécurité (clubs et/ou fédérations, autorités de Police, autorités judiciaires, représentants de l’Etat, services de secours….) afin d’établir correctement/ précisément les devoirs et responsabilités de chacun.
  3. La formation des différents acteurs à la « culture de l’événement football » est le point essentiel du développement de la stratégie globale d’organisation. Elle doit permettre à chaque acteur d’adopter une démarche commune d’analyse, d’anticipation et de gestion efficace des situations à risques. Conscient le l’ampleur de cette tâche, l’objet de ma démarche ne repose pas sur une utopique solution mais sur une réelle connaissance du phénomène et une volonté partagée de faire évoluer cette situation.

Par Laurent Toselli,

  Catégorie(s) : Football