Depuis le 1er janvier 2008, toute personne souhaitant exercer une activité dans les métiers de la sécurité privée est obligée de justifier d’une qualification ou certification d’aptitude professionnelle (Décret n° 2005-1122 du 06/09/2005 modifié par le décret n°2007-1181 du 03/08/2007). Cette réglementation est complétée par le décret n°2009-137 du 09/02/2009 qui définit les modalités d’attribution de la carte professionnelle d’agent de sécurité. Ainsi dans le formulaire, que doit remplir toute personne souhaitant exercer cette activité, il est demandé au candidat de fournir un justificatif de son aptitude à exercer un des métiers d’agent de sécurité.

agora1

Quel justificatif ? Il existe des titres de certification professionnelle enregistrés au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) tel que la CAP d’agent de prévention et sécurité. Le cas échéant la personne va devoir :

  1. Apporter la preuve d’une activité de surveillance et gardiennage continue entre le 10 septembre 2004 et 09 septembre 2005.
  2. Apporter la preuve d’une activité de surveillance et gardiennage pendant au moins 1607 heures durant une période de 18 mois comprise entre le 10 septembre 2005 et le 09 septembre 2008 inclus

Cependant si ces évolutions s’adaptent parfaitement aux entreprises de sécurité dites de « gardiennage et surveillance » qui emploient un personnel à plein temps (pouvant justifier d’une expérience continue ou bénéficier plus facilement d’une formation de 70 heures minimum), elle sont difficilement applicables aux sociétés de sécurité dites « évènementielles ».

Ces sociétés de sécurité dites « évènementielles » emploient souvent des effectifs conséquents en qualité de vacataires. Leurs activités de sécurité, essentiellement axées sur la sécurisation d’évènements sportifs ou récréatifs (rencontres de football, courses, concerts, festivals…) mobilisent le personnel de façon ponctuelle. Ainsi la majorité des salariés ne peuvent parfois justifier, sur l’année, qu’une centaine d’heures d’exercice de leur activité, tout en bénéficiant d’une réelle expertise dans la gestion des foules sur des événements majeurs (rencontres de football, concerts….).Les récentes évolutions réglementaires posent donc les problématiques suivantes :

  1. Difficulté pour trouver du personnel justifiant d’une expérience continue et légale dans ce domaine d’activité spécifique.
  2. Aucun certificat de qualification professionnel adapté tant sur la durée que sur le contenu pédagogique aux métiers de stadiers ou « agent de sécurité événementiel » (accueil, contrôle, palpations de sécurité, gestion de la foule…)

En conséquence il existe une réelle problématique qui :

  • touche l’ensemble des sociétés de sécurité événementielle qui font appel à du personnel de sécurité dit de « vacation »,
  • risque à terme de faire disparaître une main d’œuvre expérimentée en matière de sécurité dans les stades, salles de spectacles…
  • sur un plan social va priver de revenus complémentaire, de nombreux agents de sécurité événementielle (dont l’activité première n’est pas la sécurité).

Par Laurent Toselli,

  Catégorie(s) : Métier