Courrier adressé à « Monsieur le ministre de l’intérieur » le 27 septembre 2011…

ministere1

Monsieur le Ministre,

J’ai eu l’occasion de prendre connaissance du rapport établi en mai 2010 sur le « contrôle des entreprises de sécurité privée » préconisant la mise en œuvre d’un certain nombre de recommandations visant principalement à :

  • Restructurer le secteur d’activité,
  • Promouvoir une offre de qualité (formation du personnel),
  • Rationnaliser le comportement des donneurs d’ordre (en finir avec la politique du moins disant).

En qualité de professionnels de la sécurité, nous ne pouvons qu’accueillir favorablement cette volonté affichée par l’Etat, de poursuivre le développement de ce processus global de professionnalisation.

Spécialisé dans la branche événementielle, j’ai lu avec intérêt les remarques et préconisations propres à notre activité et souhaite, très humblement, apporter des compléments d’informations qui, je l’espère, contribueront à enrichir cette étude.

La spécificité événementielle tient dans le fait que chaque événement nécessite l’élaboration d’une stratégie « accueil / sécurité » précise, qui repose principalement sur la nature de l’évènement, la configuration du site qui l’accueille et la typologie du public qui le compose.

L’incident, le drame n’est pas le fruit du hasard, de la malchance, de la fatalité ou des seules populations à risque qui sèment le désordre. Il est avant tout lié à une erreur de stratégie, une analyse insuffisante des risques, une méconnaissance des comportements liés à la gestion de foule et typologie qui s’y rattachent, une préparation approximative de l’événement, des conflits d’intérêt entre les différents acteurs qui ont la charge et la responsabilité de l’évènement.

Pour ce qui est du personnel qui compose les services d’ordre privé et qui participe à la conduite opérationnelle des manifestations, il faut prendre en compte les critères suivants :

Origine et profil :

Le personnel employé (parfois bénévolement) pour assurer les missions d’accueil, contrôle, information, orientation, placement et sécurité des biens et des personnes pour les manifestations sportives ou culturelles (principalement rencontres de football et concerts en salle ou plein air), se compose essentiellement de vacataires engagés par des sociétés de sécurité plus ou moins spécialisées dans cette activité.

Différents profils s’y retrouvent, tels que des agents de sécurité formés au gardiennage, à la sécurité incendie, des étudiants ou employés de tous secteurs, intéressés par l’aspect festif et récréatif des manifestations. Se dégagent aussi des profils d’agents de sécurité qui bénéficient d’une expérience et expertise dans la gestion de foule et comportement d’agressivité qui peuvent en découler.

Fréquence des missions :

Elles revêtent une notion de précarité liée à la fréquence des évènements ou compétitions, ainsi qu’aux résultats sportifs et économiques des structures sportives. Dans ce contexte, il est souvent difficile d’inscrire la majorité du personnel d’organisation dans une stratégie durable telle que nous pouvons la concevoir pour un salarié évoluant de manière permanente dans une société de sécurité conforme au cadre fixé par la loi du 12 juillet 1983.

A titre d’exemple :
  1. Notre personnel se compose à 98% de salariés vacataires, sur un effectif d’environ 500, dont chaque année environ 1/3 est renouvelé,
  2. En moyenne, un agent réalise 130h de travail par an dans le cadre des différentes missions de sécurité événementielle dont nous avons la responsabilité,
Métiers et formations :

Une de nos spécificités en matière de manifestations événementielles, tient dans le fait qu’une grande partie des agents (60 à 80 %) exerce des missions d’accueil, d’orientation, de contrôle de billets ou de palpation (avec un agrément spécifique) et qu’à ce titre, nous les distinguons des agents qui interviennent dans la gestion proprement sécuritaire de la foule.

Cette distinction ne se fait pas au niveau de la réglementation en vigueur et nous oblige à inclure l’ensemble des métiers accueil, contrôle et palpation dans le dispositif CQP.

Ainsi les formations proposées sont souvent lourdes (70h au minimum) et/ou inadaptées à la spécificité de notre activité sans distinction de tâches ou de spécificité de poste, en particulier pour l’encadrement qui a un rôle essentiel dans la conduite de l’évènement.

Préconisations :

L’idée de créer des postes « d’Auxiliaires de sécurité » spécialisés en accueil/contrôle et/ou palpation de sécurité, nous semble pouvoir répondre au mieux à la spécificité de ces postes et du personnel que nous y rattachons. Ce dispositif doit cependant faire l’objet d’une attention particulière dans son application, pour éviter, comme il a été souligné dans le rapport, toutes dérives quant à l’affectation de ses « Auxiliaires » à des postes d’agents de sécurité spécialisés dans la gestion de foule.

Dans le même temps, il est indispensable d’élaborer une formation qualifiante répondant exactement aux tâches réalisées par l’agent de sécurité intervenant dans le domaine de la gestion de foule.

Ces formations pourraient développer les thèmes liés à :

  • la connaissance du cadre réglementaire général et spécifique,
  • la gestion de la foule (typologie, analyse, risques, comportements, contrôle…),
  • les modes d’intervention (en liaison avec les forces de police),
  • la gestion du stress,
  • l’analyse des infrastructures (configurations),
  • la communication,
  • le management,
  • la gestion des catastrophes majeures…

Il serait aussi souhaitable de lancer une réflexion sur le niveau d’expertise des dirigeants ou consultants d’entreprise de sécurité évènementielle afin d’élaborer des formations permettant de mieux appréhender la préparation et mise en place d’un dispositif humain de prévention et ce, dans le respect du cadre légal et réglementaire. Ce dispositif devrait, à terme, permettre d’éviter que le donneur d’ordre, qui souvent ne justifie de l’expertise nécessaire, décide seul des stratégies à adopter en matière d’accueil et sécurisation du public et ce, souvent au détriment du cadre de loi et/ou de la sécurité des spectateurs.

Nous souhaitons vivement que ce courrier puisse vous apporter des éclaircissements sur notre métier et/ou des pistes de réflexions complémentaires.

Dans cette attente nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos respectueuses salutations distinguées.

Laurent TOSELLI

Copies à :
  • Mme Hélène MARTINI, Directrice de l’Ecole Nationale Supérieure de la Police,
  • M. Yvan BLOT, Inspecteur Général de l’Administration,
  • M. Oliver DIEDERICHS, Inspecteur Général de l’Administration,
  • Général Pierre GARCIN, Inspection générale de la gendarmerie nationale

Par Laurent Toselli,

  Catégorie(s) : Législation